Haters sur les réseaux sociaux – Stop!

Haters sur les réseaux sociaux – Stop!

Pour ce qui concerne le modèle de distribution d’eau, il est évident que celui-ci doit être très efficace pour éviter le gaspillage. A cet égard, les haters sont une source importante de pollution sociale dans notre société. De la même manière, qui dit pollution dit gaspillage. Haters sur les réseaux sociaux – Stop!

Impact des réseaux sociaux dans notre société

D’après la citation « La liberté des uns s’arrête où celle ses autres commencent » de John Stuart Mills (auteur probable) il n’est pas acceptable de dire tout et n’importe quoi sur une autre personne. En fait, le progrès représenté par les réseaux sociaux ne permet pas d’être une meilleure communauté, une communauté plus heureuse. C’est ce qui aurait dû se passé: Soit, devenir une entité possiblement plus productive.

Au lieu de cela, les réseaux sociaux sont devenus un instrument d’attaques, principalement contre les minorités. De nos jours, l’observation du web indique que les femmes, les minorités(juifs, LGBT, etc.) sont plus particulièrement visés. A juste titre, les politiques sont dépassés par ce phénomène.

D’une façon générale, il est clair que les médias sociaux ont eu un impact en libérant la parole de quelques énergumènes qui se sont octroyés des libertés qui empiètent largement sur celles des autres. A ce propos, certains auteurs mentionnent que cela ne concerne qu’une minorité.  Bien ! Même si cela ne concernerait que ½% de la population Suisse, cela représenterait tout de même plus de 35’000 personnes. En somme, beaucoup trop pour ne pas réagir.

haters réseaux sociaux dépression social durable victimesPrécédemment, l’expérience de la ligue du LOL nous a démontré qu’il suffit d’une trentaine de personnes coordonnées et déterminées pour détruire des carrières et réduire leurs cibles en bouillie. Là-dessus, ce qui est intéressant dans ce cas est d’observer l’orientation politique de ce groupe. A savoir, celui-ci est très loin des extrémistes de droite.

A tel point, qu’en France, quelques projets sont à l’étude. Après réflexion, il n’est ni facile et probablement ni désirable d’enlever la possibilité de rester anonyme sur les réseaux sociaux. Considérons par exemple certains cas où une personne désire rester anonyme pour des raisons professionnelles ou privés, mais reste correct dans ces propos.

2 solutions possibles à court terme

A mon avis, 2 approches sont à envisager: 

  1. L’approche anglo-saxonne name and shame 
  2. Faciliter la mise en place de plaintes pénales pour ces cas

Premièrement, le name and shame a fait ses preuves avec les affaires #Balance ton porc et la ligue du LOL. La LICRA a ouvert un site web à cet effet : www.caniveau.ch. Personnellement je trouve logique que ce soit les coupables qui soient connus du grand public et non les victimes, qui elles doivent se reconstruire. Le pilori a peut-être de nouveau une place dans notre société.

Deuxièmement, il faut faciliter l’ouverture de plaintes pénales à peu de frais pour ce type de cas. 

  • Spécialement à l’ère du numérique!

Cette approche sur 2 volets permettrait de réduire l’impact de ces haters dans notre société et de réduire le nombre de victimes. Cela assurera une meilleure utilisation de nos ressources. On en a besoin pour notre social.

On a autre chose à faire que de s’occuper de ces personnages. Les femmes en seront probablement les premières bénéficiaires. Cela passe sûrement aussi par la prévention. Sur ce point, je vous recommande la lecture des blogs Au secours, mon enfant est sur les réseaux sociaux et Dévoreurs d’écran.

Haters sur les réseaux sociaux – Stop!

Retour en début de page

Cet article a 4 commentaires

  1. Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour débuter avec la modération, la modification et la suppression de commentaires, veuillez visiter l’écran des Commentaires dans le Tableau de bord.
    Les avatars des personnes qui commentent arrivent depuis Gravatar.

  2. Merci pour cet article dont je trouve le thème très pertinent. Je me réjouis d’en discuter avec toi lors de notre prochain module « site web ».

    1. Ce sera avec plaisir!

  3. « La liberté des uns s’arrête où celle ses autres commencent »

    Je suis entièrement d’accord, c’est une règle essentielle pour le savoir-vivre en société !

Laisser un commentaire

Fermer le menu

N’hésite pas à me faire parvenir tes commentaires en fin d’article !

Fermer le panneau